La peur du dentiste est une phobie qui existe depuis de longues années. Face à ce problème récurrent baptisé stomatophobie, le soin sous anesthésie générale peut être prescrit. Cette disposition devrait aussi être prise dans le cas d’une intervention lourde. Découvrez davantage de détails sur ce mode opératoire.

L’anesthésie générale pour les soins dentaires est très courante

Tous les ans, près de 9 millions de patients se font soigner les dents sous anesthésie générale. Cette intervention est beaucoup plus répandue. Cette pratique consiste à endormir le patient pour intervenir sans qu’il ressente la douleur. L’utilisation d’analgésie réversible permet d’entrer la personne dans un état d’inconscience contrôlé. Il s’agit de coma provoqué par des médicaments dont la durée varie en fonction du type d’intervention à faire. Ce mode opératoire est réservé aux chirurgiens-dentistes disposant du matériel nécessaire pour l’endormissement, et surtout la réanimation. L’opération s’effectue toujours dans une clinique, telle que www.clinique-dentaire-paris.com. Bien que maîtrisée, la pratique comporte aussi des risques.

Les cas qui demandent ce type d’intervention du chirurgien-dentiste

Le traitement sous anesthésie générale est recommandé pour les patients souffrant de stomatophobie. Ces personnes craignent d’avoir mal pendant l’intervention du dentiste. Leur crispation empêche parfois le praticien de réaliser les soins les plus basiques comme un détartrage ou la réparation d’une dent cariée. Outre l’obturation, l’extraction peut également se pratiquer sur un patient médicalement endormi. Le chirurgien dispose ainsi des conditions nécessaires pour enlever les dents les moins accessibles qui se trouvent au fond de la cavité buccale. La pose de dentier fixe de type bridge peut aussi se faire sous anesthésie générale. Par ailleurs, il existe des patients qui souffrent d’allergie face à certains produits anesthésiants locaux. Ces derniers peuvent occasionner des gingivites et d’autres effets indésirables.

La technique pour endormir le patient et le réveiller après l’opération

Les différentes techniques d’anesthésie générale ont pour but de provoquer chimiquement le coma d’un patient. L’administration du produit peut se faire par inhalation ou par voie intraveineuse. La personne entre dans un état d’inconscience en quelques secondes. Pendant plusieurs minutes, elle sera insensible à la douleur. Cette intervention doit être faite par un médecin anesthésiste ou un autre praticien spécialisé dans la pratique. Ce responsable est assisté par un infirmier inhalothérapeute. Le binôme se charge d’endormir le patient et se tient prêt à intervenir s’il le faut pendant que le chirurgien-dentiste effectue sa mission. Les effets de l’éther diéthylique, ou des produits anesthésiants similaires sont réversibles à souhait.

Des précautions à prendre pour ce mode opératoire

Que ce soit dans le cadre de soins dentaires ou pour une autre intervention médicale, l’anesthésie générale comporte des risques réels. Elle ne peut pas être pratiquée sur tout le monde. Avant de décider de ce mode opératoire, toute une équipe médicale doit se pencher sur le carnet de santé du patient. Les médecins et les anesthésistes doivent surtout s’assurer que la personne peut gérer les effets secondaires. Pour cause, le vertige est courant après l’opération. Les patients d’un certain âge peuvent aussi avoir une certaine forme d’amnésie. La difficulté d’uriner et divers troubles respiratoires sont également à craindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.