La hernie discale est la cause principale de la sciatique. Celle-ci se reconnait par une douleur plus ou moins intense au niveau de la lombaire. Elle se déclenche par une défaillance mécanique d’un disque intervertébral qui n’arrive plus à amortir le poids entre les vertèbres du bas du dos. Ce qui va engendrer une inflammation ou une compression du nerf sciatique. La hernie discale se traite le plus souvent par des médicaments et éventuellement par la kinésithérapie. Mais, dans des cas extrêmes, une chirurgie s’impose.

Quels sont les traitements médicamenteux ?

En général, la hernie discale guérit spontanément au bout de deux mois environ. Le disque reprend lui-même sa position naturelle. Toutefois, la douleur peut engendrer une gêne ou même handicaper la victime dans ses activités quotidiennes. Le temps d’attendre ce rétablissement, le traitement consiste à soulager la douleur. Les médicaments servent aussi à prévenir les récidives. Le traitement le plus courant pour réduire la douleur est les médicaments antalgiques comme le paracétamol et la codéine. Vous pouvez également prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène. Lorsque la douleur est persistante et intense à la fois, il faut recourir à des infiltrations. Il s’agit d’une injection locale à faire près du nerf compressé. On utilise pour cela des médicaments dérivés de la cortisone.

Faut-il bouger ou rester alité ?

La question se pose souvent quand il s’agit de hernie discale. Quand la douleur est intense et que l’anti-inflammatoire n’a pas encore fait effet, il est conseillé de rester allongé au lit. Parfois, la douleur peut être insupportable. Les positions idéales à adopter sont le coucher sur le côté et sur le dos. Dans le premier cas, vous devez replier les genoux, mettre un oreiller sous la tête et un autre entre les genoux. Dans le second cas, vous ne devez pas mettre un oreiller sous la tête. Par contre, il faut mettre plusieurs oreillers sous les genoux et un coussin dans le creux du bas du dos. Une fois que la douleur aigüe est passée, il est important de bouger. Les activités physiques, même limitées, sont recommandées pour préserver la musculature du dos. Dans le cas d’un alitement prolongé, vous risquez de souffrir d’atrophie ou d’affaiblissement des muscles.

La physiothérapie est-elle efficace contre les hernies discales ?

La physiothérapie peut beaucoup aider en cas de hernie discale. Des massages au niveau de la lombaire permettent de détendre les muscles et de remuscler le dos. Cela va réduire la pression exercée sur le disque, à l’origine de la douleur au niveau de la lombaire. Le physiothérapeute a, ensuite, pour rôle d’éduquer le patient sur les bonnes positions à adopter pour amortir les douleurs. Il y a de bonnes postures à adopter quand vous vous penchez, quand vous soulevez une charge ou quand vous montez et descendez d’une voiture par exemple. Ces bonnes postures vous évitent de trop solliciter les muscles endommagés. Le physiothérapeute peut également vous conseiller de porter une ceinture ou un corset quand vous faites des efforts, notamment lorsque vous faites du jardinage ou quand vous préparez un déménagement. En dehors de ces cas, il n’est pas nécessaire de porter un corset.

Quand faut-il opérer une hernie discale ?

L’intervention chirurgicale est très rare dans le traitement d’une hernie discale. 5 à 10 % des cas seulement nécessitent un tel traitement. Par exemple, quand les fibres nerveuses nécessaires pour les mouvements sont compressées, le patient devient paralysé. Il faut alors effectuer une chirurgie pour décompresser les muscles et réactiver leurs fonctions.
On a également recours à la chirurgie lorsque la douleur devient insupportable et insensible aux antalgiques. Lorsque la hernie discale devient récidive, la chirurgie s’impose.
Il existe de nombreuses techniques chirurgicales pour traiter cette maladie. Par ailleurs, elles sont en constante évolution. Dans tous les cas, la chirurgie consiste à enlever le disque hernié pour le remplacer. D’abord, il y a la chirurgie endoscopique. Elle peut se faire si le canal rachidien n’est pas trop étroit. Cette opération doit être réalisée par des professionnels, notamment dans ce centre de chirurgie endoscopique du rachis. Elle vise à introduire un tube équipé de fibre optique et de caméra par une mini-incision. Les instruments chirurgicaux sont introduits via ce tube pour réaliser l’enlèvement et le remplacement du disque. Puis, il y a la chirurgie classique où il faut faire une incision en face du disque malade pour ouvrir le canal rachidien. Ensuite, on enlève le fragment de disque malade.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.