L’opération chirurgicale, baptisée suture arthroscopique, n’est pas le seul traitement d’une rupture des tendons de la coiffe de l’épaule. La décision d’opérer se fait au cas par cas. Et justement, deux cas peuvent se présenter.

Cas où l’opération est envisagée

Lorsque la rupture s’accompagne d’une impotence fonctionnelle ainsi que d’une douleur aiguë, la Réparation de la coiffe des rotateurs doit passer par une intervention chirurgicale. L’opération est d’autant plus exigée si l’impotence ainsi que la douleur sont continues, si elles ne s’interrompent à aucun moment y compris lorsque vous appliquez des remèdes naturels réputés efficaces comme le baume du tigre. C’est uniquement la suture arthroscopique qui va alors supprimer la douleur. De plus, une fois l’opération achevée, le patient sera de nouveau capable de bouger son épaule, de se servir correctement de son bras. Par-dessus tout, il n’y aura plus de dégradation de son état ni de complication. L’opération est envisagée dès le début de l’apparition des symptômes.

Cas où l’opération est facultative

Une rupture de la coiffe des rotateurs caractérisée par une indolence (absence de douleur ou douleur supportable) ne doit pas forcément être traitée par une opération. Il en est de même lorsque la récupération fonctionnelle se produit rapidement. Autrement dit, la mobilité active ainsi que la force de l’épaule touchée ne baissent pas de manière phénoménale. En clair, le patient continue d’être en mesure de se servir de ses épaules. Il peut, avec plus ou moins de difficulté, accomplir les gestes de la vie quotidienne. À la place de l’opération, c’est un traitement médical qui sera appliqué. Par exemple, le médecin va prescrire au patient des séances de kinésithérapie. Il pourra également ordonner des infiltrations de cortisone et la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Enfin, lorsque la rupture est irréparable, l’opération ne sert à rien non plus. Le médecin songera plutôt à une des solutions suivantes en fonction de l’état du patient : débridement, transfert musculaire, prothèse inversée, arthrodèse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.